LES CARRIERES SOUTERRAINES

par arli et Juju

GRS

LA PLAGE

Vide de carrière ayant été aménagé en brasserie au XIXème siècle, c’est surement la salle la plus emblématique du GRS. Une injection mal menée a conduit à la présence de sable sur le sol de la salle, d’où son nom. Une reproduction de la Vague de Hokusai, faite par Dan du groupe The Rats, très actif au début de la cataphilie, y est présente.
Une reproduction de la Vague de Hokusai
La Vague ©ruedeslumieres.morkitu.org

Salle Z
Salle Z ©Suri

LA SALLE Z

Salle haute de plafond, dans le nord-est du réseau, sous la rue Claude-Bernard dans le 5ème arrondissement. Elle a été baptisée par le groupe extrémiste La Cagoule, actif dans les années 30 et qui utilisait les catacombes commes caches et comme moyen de déplacement. C’est là qu’a été organisée la majeure partie des fêtes cataphiles dans les années 80.

L'OSSUAIRE DE MONTPARNASSE

C’est la partie du GRS qui se situe sous le cimetière de Montparnasse. Elle est constituée de galeries ordinaires, mais certaines sont remplies d’ossements, déversés là à partir du cimetière trop plein. C’est une des seules parties constituées de deux niveaux superposés.
Tas d'ossements
Ossuaire ©E.Gaffard/Ed. Parigramme

La stèle
La stèle dédiée au portier égaré ©h2o

LA TOMBE DE PHILIBERT ASPAIRT

La légende raconte qu’à la veille de la Révolution, le portier du Val-de-Grâce, Philibert Aspairt, s’est aventuré dans les galeries de carrières grâce à un des accès aménagés dans le Val-de-Grâce, à la recherche du trésor des Chartreux. Seulement équipé d’une bougie, il s’est perdu et n’a été retrouvé que onze années plus tard, reconnu grâce à son trousseau de clés. Une stèle lui est dédiée, à l’endroit où il a été retrouvé, sous l’actuel boulevard Saint-Michel.